26 septembre 2016

Les Enquêtes de Setna, tome 2 : Le livre interdit

Attention cette chronique contient des spoilers sur la fin du premier tome.

Le prince Setna, fils cadet de Ramsès II, doit se rendre à la capitale pour questionner son père sur la disparition du vase scellé d'Osiris, un vase unique qui contient le secret de la vie et de la mort. Mais le chemin pour le retrouver est criblé de dangers et rien n'indique que Pharaon acceptera de lui confier la vérité. Setna a pourtant une mission à accomplir : se procurer le Livre de Thot, le livre interdit, qui seul pourrait arrêter le voleur, un mage noir aux desseins funestes.

De son côté, Sékhet, la fiancée de Setna, se cache depuis que son père, après lui avoir fait une révélation terrifiante, a voulu la supprimer. Réfugiée chez des paysans, elle doit une nouvelle fois fuir pour échapper à des tueurs.

Sékhet pourra-t-elle transmettre à Setna l'épouvantable secret dont elle est dépositaire ? Pendant ce temps-là, le mage noir progresse sur le chemin du Mal...




Les Enquêtes de Setna, tome 2 : Le livre interdit de Christian Jacq, 269 pages, France Loisirs, 2016

Mon avis : Dans ce deuxième tome nous retrouvons Setna qui s'est sorti in extremis du piège tendu par le mage noir. Ses recherches vont le mener à la poursuite du livre de Thot. Nous retrouvons également Sékhet, en fuite suite à la tentative d'enlèvement dont elle a été victime.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, j'ai été extrêmement déçue par ce livre. Autant sur le premier tome j'avais le sentiment que les choses allaient vite sans pour autant avoir l'impression d'un loupé dans les évènements, autant sur ce deuxième tome, la simplicité de l'écriture est poussée à l'extrême. Et là, j'ai vraiment l'impression de louper des choses. Pour donner un exemple et sans rentrer trop loin dans le livre, j'aurais voulu en savoir plus sur la confrontation entre Setna et le grand sphinx. Au lieu de ça, on y assiste de très loin, par l'intermédiaire du Vieux en deux secondes top chrono... Tous les évènements sont survolés de très hauts, de ce fait le récit manque de profondeur, de même que les personnages.

Setna reste égal à lui-même, bien décidé à aller au bout de ce qu'il a entrepris. En revanche, je suis particulèrement déçue par le personnage de Sékhet. Celle qui donnait l'image d'une femme forte dans le premier tome, semble ici bien fragile, petite chose sans défense attendant que son bien aimé vienne la sauver. Ce n'est que sur les dernières pages qu'elle semble retrouver son courage, mais pour combien de temps ?

Il n'y a pas de réelle avancée dans l'intrigue générale. On dévoile l'identité de certaines personnes impliquées dans toute cette machination. Et encore puisque ce ne sont pas des révélations extraordinaires qui vont tout changer. J'aimerais voir ce livre comme une passerelle entre deux tomes, mais je crains que les suivants reprennent le même schéma.

Un livre qui ne m'a donc pas passionnée. Je compte malgré tout lire les deux suivants. J'ai quand même bien envie de savoir où veut nous mener l'auteur. Et j'espère qu'ils relèveront le niveau de ce deuxième tome.

21 septembre 2016

Les Enquêtes de Setna, tome 1 : La tombe maudite

Setna est un prince, le fils de Ramsès II. Srcibe aux vastes connaissances, c'est un brillant magicien, capable de lutter contre les forces du Mal.

Alors que Ramsès le Grand vient de gagner la bataille de Nubie, une tragédie se produit : le vase scellé d'Osiris, le plus précieux des trésors, qui contient le secret de la vie et de la mort, a disparu.

Pour contrer les plans du voleur, Setna s'allie à Sékhet, une séduisante jeune femme aux dons exceptionnels, avec laquelle il noue, envers et contre tous, une idylle passionnée.

Ensemble, ils devront résoudre des énigmes mystérieuses et dénoncer les complots les plus inattendus. Leur amour et leurs savoirs seront-ils assez puissants pour combattre la malédiction ?




Les Enquêtes de Setna, tome 1 : La tombe maudite de Christian Jacq, 279 pages, France Loisirs, 2016

Mon avis : Dans ce nouveau roman, Christian Jacq nous fait rencontrer Setna, fils de Ramsès le Grand, qui se destine à devenir scribe malgré le souhait de son père de se tourner vers l'armée. Alors qu'il fait la connaissance de Sékhet, une guérisseuse dont il tombe sous le charme, il va devoir lutter contre un mage qui a volé le vase scellé d'Osiris supposé être sous bonne garde.

Ce premier tome est rapide à lire. Il est écrit très simplement. Je dois même avouer que j'ai été étonnée. J'ai l'habitude de romans plus étoffés avec cet auteur. Pour autant rien n'est laissé de côté, je n'ai pas eu l'impression de louper des évènements.

Setna et Sékhet sont des personnages rapidement attachants. Contrairement à Ramésou, le frère aîné de Setna, qui n'a qu'une idée en tête : s'attirer les bonnes grâces de Sékhet. Il me fait plutôt l'effet d'un gamin capricieux que d'un général d'armée. Sékhet pour sa part, fait l'effet d'une femme forte qui sait ce qu'elle veut et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ses talents de guérisseuses seront largement utiles, notamment aux compagnons de Setna, chargés d'enquêter sur le vol du vase scellé d'Osiris.

Concernant l'intrigue, j'ai été surprise de constater que l'identité du mage noir nous soit révéler à la fin de ce livre. Sur une série de 4 tomes, je pensais attendre plus longtemps avant d'avoir cette information. Mais ce n'est pas un point négatif pour autant. Le tout dépend du point de vue que l'auteur souhaite donner pour la suite des évènements. Donc pour le moment, je suis curieuse de découvrir le deuxième tome et de découvrir ce qui attend nos deux héros mais aussi leurs compagnons.

Ce premier tome, loin d'être excellent, est agréable à lire. Il permet de planter le décor. Maintenant les choses sérieuses vont devoir commencer...

20 septembre 2016

Yesterday's Gone, saison 1, épisodes 1 et 2 : Le jour où le monde se réveilla désert

C'est à 2 h 15, en pleine nuit, que cela s'est produit.
Mais ce n'est qu'au réveil qu'ils s'en sont rendu compte.
Le monde déserté. vidé de sa population. Famille, proches, voisins, tous ont disparu. Volatilisés.
Ils ne sont qu'une poignée, disséminés à travers le pays, les espaces vierges des États-Unis et ses villes désormais fantomatiques. Oubliés, rescapés, moins que vivants... ils n'ont aucune idée de ce qu'ils sont. De ce qui s'est passé. Ils cherchent ceux qu'ils aiment, des réponses à des questions qu'ils ne connaissent même pas.
Mais ils ne sont pas seuls. Quelque chose les observe. Et attend...
Avant de comprendre, ils vont devoir survivre.




Yesterday's Gone, saison 1, épisodes 1 et 2 : Le jour où le monde se réveilla désert de Sean Platt & David Wright, 237 pages, Fleuve Éditions, 2016

Mon avis : Dans ce roman post-apocalyptique sous forme de série, nous allons suivre différents personnages, qui ne se connaissent pas, répartis dans différentes villes des États-Unis. Ils s'éveillent le 15 octobre 2011, et découvrent que leur famille et tous les habitants aux alentours ont mystérieusement disparus. Tout, autour d'eux, semble laissé à l'abandon. Si certains ont espoir de retrouver leur famille, d'autres ont la certitude que les disparus sont morts.

Le style d'écriture est très agréable à lire. On voyage d'une ville à l'autre en découvrant des paysages de désolation. J'ai particulièrement aimé les passages concernant le petit Luca Harding, qui, sans être à la première personne, nous permettent de voir et ressentir les choses au travers des yeux d'un enfant de 8 ans. Les auteurs varient le style en fonction des personnages ciblés du moment et jonglent très bien entre ces différents styles.

Côté personnages justement, on peut dire que le décor est varié : du père de famille jusqu'au tueur en série, en passant par une mère et sa fille ou encore ce qui semble un prisonnier au passé trouble, et bien d'autres encore. Difficile pour le moment de vraiment me faire une opinion sur les personnages. Les épisodes sont courts, forcément c'est l'idée, et donc j'ai encore beaucoup à découvrir sur les uns et les autres lors de la lecture des livres suivants avant de les cerner au mieux.

J'avais vraiment aimé cette idée de série sur papier. Étant sérievore dans l'âme, je ne pouvais qu'adhérer. Sur ce premier livre, je ne dirais pas que c'est une lecture passionnante ou même un coup de cœur, mais c'est une lecture sympathique. Les auteurs plantent le décor, et disséminent des informations par-ci par-là, de façon à suffisamment titiller notre imagination pour nous donner envie d'en savoir plus. Pour ma part, l'appât fonctionne à 100% et je dis vivement le mois prochain que je découvre les épisodes 3 et 4.

18 septembre 2016

Derniers Jours

Quand Kyle Freeman, réalisateur indépendant, est chargé de réaliser un documentaire sur une secte oubliée, il y voit un moyen de rembourser ses dettes. Le Temple des Derniers Jours, basé dans le désert d'Arizona et dirigé par un gourou à la réputation sulfureuse, a connu une fin sanglante. Pourtant, les rumeurs vont encore bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe. Bientôt, une série de phénomènes inexpliqués s'abat sur la production. Visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d'atroces artefacts, le tournage vire au cauchemar...



Derniers jours d'Adam Nevill, 451 pages, Bragelonne, 2014

Mon avis : Kyle Freeman, réalisateur indépendant, plutôt axé paranormal, et... fauché... se voit proposer par Max Solomon, tout frais payés, la réalisation d'un film sur une ancienne secte ayant sévi en Angleterre, en France et aux États-Unis, et ayant connu une fin tragique. Rapidement emballé par l'idée, il part avec Dan, son caméraman, sur les traces de sœur Katherine, gourou du Temple des Derniers Jours. Ils comprennent trop tardivement qu'ils se sont lancés dans une aventure unique et surtout dangereuse qui ne les laissera plus fermer l'œil de la nuit. Hallucinations ou créatures réelles ? Dans un cas comme dans l'autre l'issue de ce tournage est plus qu'incertaine.

Ce livre se lit très facilement, je dirais même qu'on le dévore... pourvu qu'on aime avoir peur bien sûr. Le style d'écriture est assez fluide et l'auteur multiplie les décors, nous entraînant dans des endroits de plus en plus sombres et effrayants. J'ai particulièrement apprécié la lecture des scènes qui se déroulent en France. Que ce soit le cadre en général, le mode de description et les différents bouleversements, le tout concourt à une atmosphère étouffante au possible.

Côté personnages, bien évidemment je parle de Kyle en premier, puisque le récit s'articule autour de lui. On le suit véritablement à la trace. J'hésite encore sur ce qui le motive réellement au final. Appât du gain ? Curiosité ? Désir de faire éclater la vérité ? Mon choix hésite encore sur les deux premiers, ou peut-être s'agit-il d'un mélange des deux ? Toujours est-il que mes sentiments vis à vis de ce personnage ont évolué à plusieurs reprises dans ce livre sans pour autant en faire un personnage mal aimé, passant de courageux et téméraire, à insouciant et cupide par moments, voire insensible.
Insensible (mais pas longtemps), en particulier vis à vis de Dan, qui est sans doute le plus raisonnable de tous, mais qui se retrouve malgré tout bien obligé de suivre les pas de son ami et collègue.
Quant à Max, là on peut parler de personnage détestable. Dès le départ, il n'inspire que le mépris, et on ne peut que se demander quel sera son prochain mensonge. A un moment du livre, je me suis plutôt retrouvée à avoir pitié de lui, mais finalement sa nature refait vite surface.

Histoire de démêler les nœuds du mystère, on passe d'interview en interview d'anciens membres de la secte, retrouvés par Max. Le tout servi avec un tournage à la Blairwitch qui rend plutôt bien quand on s'imagine les scènes dans notre tête. J'avoue qu'au bout d'un moment j'ai, malgré tout, commencé à me lasser de cette façon de décrire les choses. Mais finalement, à ce moment, l'auteur a commencé à faire évoluer les personnages autrement, ce qui tombait très bien, en abandonnant largement, mais pas complètement, l'utilisation de la caméra. Vous l'aurez compris l'ambiance est très étouffante. On a un réel sentiment d'urgence à la lecture de ce livre qui devient un page-turner assez rapidement jusqu'au grand final que j'ai lu d'une seule traite. Le final en tant que tel... que dire ? Pas déçue, loin de là, mais curieuse puisque l'auteur nous laisse volontairement avec un petit point d'interrogation quant à l'avenir de certains personnages. À nous donc de choisir la réponse à celui-ci.

Je reste encore novice dans le thriller fantastique. Je n'en ai lu que très peu pour le moment. Mais celui-ci est un véritable coup de cœur à lire pendant une froide soirée d'hiver...

12 septembre 2016

Valisar, tome 2 : Le Tyran

Dix ans ont passé depuis que Loethar, le chef de guerre barbare des Steppes likuriennes, a dévoré l'Ensemble Denova avec son armée de mercenaires, avant de s'installer dans le premier de ses royaumes : Penraven. Pensant les héritiers Valisar morts et enterrés, il s'est couronné empereur et ne ménage pas ses efforts pour que son peuple s'intègre à la population de l'Ensemble. Mais renoncer à ses méthodes de persuasion les plus violentes n'a pas suffi à éteindre les braises de la rébellion... car les héritiers Valisar sont toujours en vie. Protégés par de fidèles alliés, ils sont prêts à tout risquer pour l'avenir de leur royaume, et déterminés à faire couler le sang du tyran...



Valisar, tome 2 : Le Tyran de Fiona McIntosh, 749 pages, France Loisirs, 2014

Mon avis : Avant toute chose, autant prévenir de suite : c'est un tome 2. Qui dit tome 2 dit spoilers. Difficile d'en parler sans ça, donc si vous n'avez pas lu le premier tome de ce livre, demi-tour ! Je voulais mettre en ligne ma chronique sur le premier tome avant de faire celle-ci. Et en cherchant dans les articles de mon ancien blog, j'ai réalisé que je n'en avais pas fait pour celui-ci...

Dans Le Tyran, nous retrouvons les personnages du premier tome, 10 ans plus tard. Loethar est bien installé sur son trône. Et contre toute attente, il semblerait que ce règne se passe plutôt bien, dans la paix. Pour autant Leonel est bien décidé à reprendre ce qui lui revient de droit. Pour cela il va être aidé par ses compagnons depuis 10 ans : Kilt Faris et ses comparses. Nous allons également retrouver Piven qui, ma foi, a bien changé, et qui compte bien faire tomber Loethar également.

L'auteure multiplie les décors, puisque l'on va suivre de nombreux personnages qui évoluent tous un peu de leur côté. Pour autant il n'y a pas trop de personnages, donc nous ne sommes pas trop perdus. J'avais juste un peu de mal parfois si je n'étais pas trop concentrée entre, d'une part Kilt Faris, et d'autre part Kirin Felt, mais c'est un détail qui ne m'a pas gênée outre mesure. J'aime beaucoup le style d'écriture de Fiona McIntosh, très facile à lire. C'est vraiment très fluide et d'un autre côté, elle transmet très bien les émotions des personnages, que ce soit la gaminerie de certains, la noirceur d'autres, les remords même. Plus particulièrement, un passage qui m'a vraiment touchée dans ce livre et où l'auteure a su transmettre l'atmosphère du moment, ne serait-ce que par des regards échangés entre des personnages, c'est la résignation de Freath, quant aux évènements, à l'extrême opposé du caractère buté de Leonel. Mais je n'en dis pas plus sur ce point.

Et justement en parlant de Leonel : il m'énerve. Théoriquement on devrait faire face à un futur roi, Valisar. On s'attend à ce qu'il soit posé, sage et réfléchi dans ses prises de décisions... En lieu et place, on découvre un gamin rongé par un désir de vengeance, incapable de réagir autrement que sur des coups de tête. Je le trouve antipathique au plus haut point. Pour autant ça ne gâche absolument pas la lecture du livre. Au contraire, je dirais même que d'une certaine manière, c'est un point positif puisqu'on se pose forcément beaucoup de questions sur la suite, mais je reviendrai sur ce point un peu plus tard.
Piven pour sa part, comme je le disais plus haut, a bien changé. À l'issue de cette lecture, je me pose énormément de questions sur lui : va-t-il poursuivre sur cette voie ? comment a-t-il pu changer à ce point ? quel autre secret se cache derrière ce personnage ?
Deux personnages m'ont particulièrement émue : Greven, en quelque sorte le père adoptif de Piven, qui se retrouve dans une situation peu enviable, là encore je n'en dis pas plus ; et Kirin Felt, un investi : outre les désillusions et les mauvaises nouvelles auxquelles il va devoir faire face, il me fait l'effet d'un personnage fragile, mais pas faible pour autant, et d'une certaine façon vieilli prématurément.
Un personnage qui m'a beaucoup étonnée cette fois-ci, c'est Loethar qui, contrairement à ce qu'indique le titre de ce livre, n'est plus le tyran que l'on a connu, il en viendrait presque à regretter ses actions passées. Pour autant, je ne le porte absolument pas dans mon cœur.

Le moins que je puisse dire est que je ne me suis pas ennuyée un seul instant à la lecture de ce livre. Il est bourré de rebondissements mais, et c'est le point négatif de ce livre à mes yeux, peut-être un peu trop de rebondissements : on en vient à ne presque plus être étonné des révélations tellement il y en a. Au final, mais ça c'est du positif, on ne sait plus à quoi s'attendre et surtout à quel saint se vouer. Pour ma part j'en arrive à ne plus être sûre de savoir faire la part entre les gentils et les méchants. D'où mes questions plus haut sur les différents personnages. Un point sur lequel j'ai vraiment eu du mal : l'introduction qui se déroule à notre époque... je n'insiste pas, même si ça ne concerne qu'une partie ultra minime de ce livre, ce serait malgré tout révéler un gros morceau. Toujours est-il que les faits liés à cette époque, me semblent franchement tirés par les cheveux. Vous me direz "c'est de la fantasy, tu peux t'attendre à tout"... moui mais là quand même c'est un peu too much (même si j'ai une petite idée du pourquoi du comment de l'utilisation de cet espace-temps).

Sur ce, j'ai vraiment hâte de lire le troisième tome, le mois prochain je pense. Il promet d'être fort en rebondissements.