09 avril 2016

Bilan mars 2016


Beaucoup de nouveautés ce mois-ci : la signature de mon contrat de travail, la signature du bail pour mon nouvel appartement avec le déménagement dans la foulée le 31. La journée fut longue ! Mais avec tout ça je n'ai pas eu le temps de terminer de bosser les dossiers pour ma thèse... J'ai profité de mes deux meilleures amies pour une dernière soirée sur Reims avant le déménagement dans les Ardennes. J'ai déjeuné avec une amie que je ne vois pas assez souvent, là encore avant le départ. J'ai pu retrouver des personnes que j'aime et que je n'avais pas vues depuis près de 5 mois et ça fait du bien... mais j'aurais aimé en profiter plus longtemps !!! Je ne compte pas attendre 5 mois de plus avant de les revoir ! Je me suis improvisée électricienne le temps d'une journée avec le joker "mail à un ami" avec photos à l'appui pour remettre à l'initial le branchement luminaire du salon de mon regretté appartement (longue histoire mais j'ai été longue à me décider pour remettre le courant !).

Au passage je me suis réconciliée avec la musique et du coup j'ai fait plein (trop) d'achats pour rattraper mon retard. J'ai adoré Beneath the Skin de Of Monsters and Men. J'ai eu la bonne idée de ne pas rester sur ma déception du troisième album de Rose en écoutant son dernier album, Pink Lady. Et il y en a encore pas mal prévus pour les prochaines semaines.


J'ai acheté une liseuse... oui je sais, sacrilège ! J'ai pas mal hésité, et je me suis rendue compte qu'avec le début d'une activité professionnelle, ça risque de m'être utile à plusieurs reprises. Elle ne servira sans doute pas énormément mais ce sera malgré tout utile et mieux que bookviser sur le téléphone (c'est un peu petit quand même et avec l'option italique qu'on peut oublier, ça peut parfois tout changer sur la compréhension de certains passages).

Côté lecture, je peux dire que ce mois de mars m'aura permis de me réconcilier avec la lecture. Ce n'est pas que j'étais fâchée avec les livres, mais je ne trouvais plus le temps de le faire. J'ai décidé de m'octroyer des pauses dans la journée, et le premier bilan que je peux faire c'est que ça m'a fait beaucoup de bien ! La boule de nerf que j'étais a fini par se détendre peu à peu. J'ai toujours un fond de stress mais c'est ma nature. Je sais que je ne pourrais pas le supprimer définitivement...

Pour commencer, une lecture dont je tenais particulièrement à vous parler avec Les déchéantes petites nouvelles de Kerima Chelbab, puisqu'il s'agit d'une jeune auteure qui débute et qui mérite d'être suivie de près. J'ai enfin terminé le tome 5 de l'intégrale du Trône de Fer de George R. R. Martin que j'avais commencé en janvier... Merci les pauses lectures que j'ai enfin organisées ! J'ai eu une déception avec Le Secret de l'inventeur, tome 2 : L'Énigme du magicien d'Andrea Cremer mais qui ne m'empêchera pas de m'attaquer au troisième tome dès qu'il sortira. J'ai fait une belle découverte avec Un intérêt particulier pour les morts d'Ann Granger. Pas de réel coup de cœur ce mois-ci mais je me suis régalée malgré tout ;-) .


Avec tout ça on pourrait croire que ma PàL a commencé à diminuer... mais non, j'ai un peu acheté (on fera le point au prochain IMM)... J'étais en bonne voie pour réussir à lire toute ma PALM de mars, mais le déménagement n'a pas beaucoup aidé... J'ai donc deux livres non lus (dont un qui était commencé quand même !).

Je vous souhaite à tous un excellent mois d'avril !

21 mars 2016

Un intérêt particulier pour les morts

Londres, 1864. Lizzie Martin accepte un emploi auprès d'une riche veuve dont la précédente dame de compagnie s'est enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvé dans le chantier de la gare de St Pancras, Lizzie décide de mener sa propre enquête. Elle pourra compter sur l'aide d'un ami d'enfance devenu inspecteur, Benjamin Ross, pour découvrir la vérité sur la mort de cette femme... dont le sort semble étroitement lié au sien.



Un intérêt particulier pour les morts d'Ann Granger, 379 pages, Éditions 10/18, 2014

Mon avis : Depuis le temps que j'entendais parler de ce livre, j'avais hâte de le découvrir. J'ai beaucoup aimé cette lecture mais pour autant ce n'est pas le coup de cœur auquel je m'attendais. Forcément à force, j'en espérais sûrement trop. J'ai rapidement pensé à Charlotte Ellison, personnage né sous la plume d'Anne Perry. Néanmoins si l'on retrouve des points communs entre ces deux séries (époque victorienne, apprenties détectives à Londres), elles diffèrent par bien des points. L'auteure réussit parfaitement à nous plonger dans l'ambiance du Londres du XIXème, que ce soit par les manières de l'époque ou par l'ambiance générale qui se dégage de la ville, le climat... Mais Ann Granger ne s'arrête pas à Londres, puisqu'elle va également nous parler des mines du Derbyshire et de l'horreur qui y règne. Ajoutez par dessus tout ça une dose d'humour (la personnalité de Lizzie y joue pour beaucoup) et le ton est donné. L'écriture est élégante tout en étant légère et très facile à lire.

Lizzie Martin est un personnage auquel je me suis immédiatement attachée. Dès le premier chapitre, on se rend vite compte que cette jeune femme du Derbyshire n'a pas vraiment sa place à Londres et que sa curiosité naturelle risque de lui jouer des tours. Ce côté impulsif qu'elle tente tant bien que mal de réfréner va en déranger plus d'un à commencer par le Dr Tibbett, un homme d'église, personnage exécrable au possible, qu'on apprend à détester un peu plus à chaque page. De même Mrs Parry n'apprécie pas vraiment ce trait de caractère et tente de lui faire comprendre qu'il serait judicieux de se faire plus discrète. Je n'apprécie pas vraiment le personnage de Mrs Parry, non que je la déteste mais je la trouve fausse. Tout ce qu'elle fait et dit est calculé. Quant à Frank Carterton, le neveu de Mrs Parry, j'ai un peu de mal à me faire une opinion sur lui pour le moment, je le trouve assez déroutant, et en même temps il me fait rire la plupart du temps.
Heureusement pour Lizzie, elle va rapidement découvrir que Benjamin Ross, qui enquête sur le meurtre d'une jeune femme, ne lui est pas inconnu. En effet leurs chemins se sont croisés brièvement il y a bien longtemps et d'une certaine façon, ces chemins sont restés liés. Elle trouvera en lui, un allié, un ami pour survivre dans cette société guindée. Au départ, le personnage de Benjamin Ross m'avait un peu rebutée : il semble un enquêteur acharné, un supérieur exigeant voire dur. Mais finalement, dès qu'il se retrouve en présence de Lizzie, il devient quelqu'un d'autre : attentionné, presque maladroit, faisant passer le reste de sa personnalité pour une façade et on ne peut finalement que s'attacher à lui.

Penchons-nous sur l'intrigue maintenant. Je l'ai trouvée très légère par moment mais pas toujours. Pour commencer, on devine rapidement l'identité du cadavre retrouvé sur le chantier de la gare. Aucune surprise de ce côté-là. Par la suite, les suspects commencent à apparaître au fur et à mesure des pages. Je n'avais absolument pas deviné qui était le coupable. On finit par le comprendre par l'enchaînement des évènements mais, je pense, pas avant que l'auteur ne l'ait décidé.

Ce livre a été une belle découverte, pour autant je ne le classe pas parmi les meilleurs, mais il permet une introduction parfaite pour les prochains livres que je compte bien découvrir bientôt.

20 mars 2016

Le Secret de l'inventeur, tome 2 : L'Énigme du magicien

Attention, la quatrième de couverture que vous vous apprêtez à lire est bourrée de spoilers, le résumé fait par l'éditeur va trop loin, donc si vous voulez éviter les révélations, passez directement sous la photo. Comme d'habitude, il n'y aura pas de spoilers dans ma chronique.

Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique...

Après l'explosion des Catacombes, seul foyer qu'elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de survivants, parmi lesquels une dizaine d'enfants, vers la Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes, un allié et un ami.

Des méandres du Mississippi au bayou de la Nouvelle-Orléans, l'Empire fera tout pour empêcher Charlotte de rallier le quartier général de la Résistance, où l'attendent son frère Ashley et le capitaine Jack Winter, qu'elle tient désormais pour un traître... Elle y découvrira l'envers de la rébellion - à commencer par sa propre mère, qui semble s'intéresser de très près à Grave et à ses capacités extraordinaires - sans compter les stratagèmes du puissant mage Nicodème et de Sang d'Acier, un flibustier français aux intentions troubles !




Le Secret de l'inventeur, tome 2 : L'Énigme du magicien d'Andrea Cremer, 370 pages, Lumen, 2016

Mon avis : Je crains que ce deuxième tome ne m'ait laissé un goût amer. Je me suis ennuyée sur plus de la première moitié du livre. D'ailleurs comme je le disais au tout début, le résumé de l'éditeur va trop loin dans le livre. Je présume que c'est lié à cette absence de faits marquants sur la première moitié du livre. Il n'y a rien à résumer, c'est la suite directe et logique de la fin du premier tome qui s'éternise encore et encore. C'est bien simple, lisez la quatrième de couverture et vous saurez tout ce qui se passe dans le livre, il ne vous reste plus qu'à lire les dernières pages pour savoir dans quelles circonstances le troisième tome débutera. Alors je ne dis pas qu'il ne se passe absolument rien, il y a quelques petites choses par-ci par-là, mais pas, selon moi, de quoi tenir en haleine. Arrivée à la moitié du livre, j'étais vraiment déçue. Les rares évènements qui auraient pu retenir mon attention, un en particulier, ont plus été survolés qu'autre chose. Il faudra attendre plus de la moitié du livre pour y retrouver un intérêt, puisqu'on va se rendre en Nouvelle-Orléans et découvrir la culture qui s'y rattache, mais aussi et surtout le cœur de la résistance. Mais là encore j'ai trouvé qu'on les survolait un peu trop à mon goût. Si l'auteure avait accordé moins de longueur à la première partie et avait plus creusé la deuxième, j'aurais vraiment apprécié cette lecture.

Côté personnage, j'ai trouvé que beaucoup étaient laissés de côté, et la plupart m'ont franchement agacée. Dans le premier tome, j'aimais ce côté bravache de Charlotte, qui n'a jamais sa langue dans sa poche. Ici, même si elle garde une grande part de courage à de nombreuses occasions, j'ai découvert un autre aspect de sa personnalité qui l'a fait baisser dans mon estime. J'ai eu le sentiment de voir une enfant capricieuse, pas très dégourdie dans certaines situations, qui rougit pour un oui ou pour un non. Le tout est arrosé du triangle amoureux dans lequel elle est plongée, et qui prend beaucoup trop de place à mon sens. Il prend presque le pas sur l'intrigue générale, et je déteste quand un livre tombe dans le sentimentalisme à l'eau de rose.
Parmi les autres personnages, seul Grave continue à avoir un intérêt dans ce livre, et il est le seul à ne pas m'avoir déçue. Le seul à rester égal à lui-même et à se poser les bonnes questions. Le mystère qui l'entoure demeure, il s'épaissit même et cela annonce un troisième tome bourré de révélations.
Quant à Ashley, Jack, Scoff, Birch, Pip et j'en passe, ils sont eux-aussi survolés. On a l'impression de les voir parce qu'ils étaient dans le premier tome et qu'il ne faut pas les oublier quand même. Mais ils n'ont pas franchement de part active ici, en dehors de Linnet qui reste la plus dégourdie du groupe et sans qui Charlotte serait vite perdue. Pip que j'aimais beaucoup dans le premier tome et qui apportait une part de légèreté et d'humour au livre, passe carrément pour une idiote désormais voire même le boulet du groupe.

Bref, vous l'avez compris, j'ai été déçue de cette lecture, d'autant que le premier tome m'avait vraiment plu. Pour autant je compte bien lire le troisième tome lorsqu'il sera publié car, comme je l'ai dit plus haut, je pense qu'il sera bourré de révélations en particulier par rapport à Grave, et j'ose espérer qu'on verra réellement la résistance en œuvre cette fois-ci. Je pense que ce deuxième opus est plutôt un livre de transition, un entre deux pour isoler deux périodes (peut-être, je l'espère), l'une plutôt passéiste où l'on découvre les choses plutôt qu'on ne les vit et l'autre où l'on rentrera plus dans l'action à proprement parler. Reste à attendre le troisième tome dans l'espoir que mes attentes ne seront pas déçues.



Si vous le souhaitez, vous trouverez la chronique du premier tome ici.

19 mars 2016

Écoute-nous

Article écrit le 13/04/2014

Écoute-nous de Liz ColeyAngela a treize ans quand elle disparaît d'un camp de vacances. Lorsqu'elle rentre chez ses parents, trois ans ont passé. Trois années dont elle n'a aucun souvenir.
Où était-elle tout ce temps ? Que lui est-il arrivé ?
Sans la moindre réponse à ces questions, Angela tente de reprendre une vie plus ou moins normale, avec l'aide d'une psychologue qu'elle consulte désormais régulièrement. Alors qu'elle cherche à retrouver la mémoire, son comportement devient de plus en plus étrange et incontrôlable. La jeune fille l'ignore, mais ce qu'elle a vécu est encore plus terrifiant que tout ce qu'elle peut imaginer...

Écoute-nous
de Liz Coley, 296 pages, Presses de la Cité, 2014

Mon avis : Angie a 13 ans lorsqu'elle part en camp de vacances, 13 ans lorsqu'elle disparaît... Ses parents ont tout mis en œuvre pour la retrouver, mais on n'a jamais su ce qui lui était arrivé et encore moins si elle est toujours vivante. Jusqu'au jour où, 3 ans plus tard, elle réapparaît mystérieusement, sans le moindre souvenir, persuadée qu'elle a toujours 13 ans et qu'elle arrive directement du camp de vacances... Rapidement la raison de cette amnésie devient évidente : Angie souffre de troubles dissociatifs. Elle s'est créé plusieurs personnalités différentes afin de faire face aux sévices qu'elle a subis.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. Même si on n'assiste pas à l'enquête, entrer dans le monde complexe d'Angie et de ses différentes personnalités est très intéressant. On sent que l'auteur aborde le sujet après s'être bien renseignée sur cette pathologie (tout en romançant les choses bien évidemment, on n'est pas non plus devant un traité de psychiatrie heureusement) et je suis contente de voir qu'il n'y a pas d'amalgame avec la schizophrénie ou la bipolarité, ce qui arrive malheureusement assez souvent. Chacune des personnalités d'Angie est bien creusée et sont toutes attachantes à leur façon.
Même si un certain nombre de rebondissements ne m'ont pas surprise (de nombreuses indications sont données au fil des pages), ça ne gâche en rien la lecture : si certaines situations sont attendues, on ne sait pour autant pas comment elles vont évoluer, mais difficile d'en dire plus sans en dire trop... En revanche, j'ai été déçue de ne pas en savoir plus sur le celui qui a séquestré Angie pendant 3 ans. On en a quelques aperçus via ses différentes personnalités, mais rien sur ce qui l'a amené à enlever Angie entre autre...
Il manque un peu de relief concernant certaines descriptions, notamment le chalet ou Angie a été retenue pendant ces trois années. J'étais assez curieuse de découvrir cet endroit, et finalement la description est assez sommaire. Mais le tout est abordé avec un style simple, très agréable à lire. Je ne mets que 4 et non 5 pour la note final, en raison de ces quelques points négatifs que j'ai pu relever et aussi pour quelques points peu crédibles comme par exemple le choix final d'Angie qui ne me semble pas forcément le meilleur dans le sens où ça ne peut pas tenir sur le long terme (mais là encore, difficile d'en dire plus sans tout révéler...).

Note : 4 bulle sur 5

Merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour cette lecture !

16 mars 2016

Mercredi en musique #2


Bonjour à tous, aujourd'hui je vous retrouve pour vous parler musique, en ce bon mercredi ! Cette semaine j'ai écouté le dernier album de Rose. Alors avant d'entrer dans le vif du sujet, je vais quand même donner un peu le contexte. J'ai beaucoup hésité avant d'acheter cet album. Si j'avais beaucoup aimé les deux premiers albums de Rose, dans le troisième, Et puis juin, je ne retrouvais plus du tout ce qui m'avait fait aimer les précédents. En soi ce n'est pas tellement ça le problème. Je suis la première à dire qu'il est très bien et souhaitable qu'un artiste se renouvelle mais là le soucis était que, même après plusieurs écoutes, en ce qui me concerne, cet album ne faisait pas mouche du tout... C'est bien simple il a tourné le jour de son achat, 2 ou 3 fois grand maximum après pour essayer quand même malgré tout... mais depuis il n'est jamais sorti de son boîtier. Donc oui, j'avoue, j'ai hésité pour ce dernier album intitulé Pink Lady. Mais bon, je suis du genre à toujours laisser des chances donc j'ai pris !



Je ne mentirai pas, quand je l'ai mis dans la chaîne la semaine dernière... je me suis dit que c'était foutu et que j'allais vous faire une chronique supra rapide en mode "j'aime po" (oui mais!!!! faut lire jusqu'au bout ce sera pas la phrase finale!!!)... Ma réaction comme ça à chaud : premier titre, ah tiens sympa celui-là, je vais peut-être me réconcilier avec l'artiste. Deuxième titre, bon moi qui bois de l'alcool en gros tous les 29 février et à la Saint Glinglin j'avoue ce titre me parlait pas trop, sur le coup je comprenais pas grand chose vu que je n'avais jamais entendu parler de certains noms... Et puis au fur et à mesure j'ai progressivement décroché et j'ai arrêté d'écouter réellement. Je préférais me balader sur les chaînes booktubes, univers que je venais tout juste de découvrir... Bref, j'étais pas franchement fascinée et puis les derniers titres ont recommencé à attirer mon attention. Mais je l'ai déjà dit, je suis du genre à laisser des chances tout le temps donc j'ai réécouté les jours suivants.

Grand bien m'a pris ! À chaque nouvelle écoute de cet album je me surprends à l'écouter autrement, et limite je me dis que j'aurais peut-être dû attendre encore un peu avant de vous en parler histoire de me faire vraiment mon avis définitif. Mais bon, au bout d'une semaine je pense qu'il ne va plus beaucoup évoluer et y a d'autres albums qui m'attendent ! Je me dis que la première fois, enchaîner une semaine d'immersion totale avec Of Monsters and Men, avec Rose, c'était peut-être pas la meilleure idée. On a quand même deux univers radicalement différents et c'est peut-être ce qui explique cette première réaction, je ne sais pas...

Donc maintenant allons-y pour de bon. Alors comme à la première écoute, j'aime beaucoup et même de plus en plus, le premier titre, Je compte qui n'est pas sans rappeler La liste mais qui s'en démarque parfaitement sans faire vulgaire copié/collé. Il en va de même pour Pink Lady, le deuxième titre, même si je me sens toujours aussi peu concernée par le sujet. Je retrouve dans ces deux premiers titres ce que j'avais aimé, notamment dans le premier album (et ouais, comme quoi faut pas toujours se fier à sa première impression !). On continue de la même façon avec Comme avant, ce côté rythmé, un peu folk, qui nous entraîne et ne nous lâche pas.



Pour ma part j'ai du mal à adhérer à Partie remise sans doute un des titres que j'aime le moins sur cet album. Alors je devrais vous avancer plein d'arguments mais j'avoue je n'en ai pas, c'est juste comme ça, je ne sais pas l'expliquer. J'aime les couplets mais le refrain ne m'embarque pas comme les autres. C'est comme ça, j'y peux rien moi ! On enchaine avec Pour être deux en duo avec Jean-Louis Murat... La première fois que j'ai entendu ce titre je n'ai pas aimé du tout. C'est probablement le titre qui illustre parfaitement ce que je vous disais plus tôt : quand je l'ai écouté la deuxième fois, donc de façon plus attentive, je me suis rendue compte qu'en fait je l'aime ce titre, il a un p'tit quelque chose qui ne laisse pas indifférent. Et maintenant... j'adore ce titre ! Alors comment j'en suis arrivée à changer d'avis de cette façon je n'en ai pas la moindre idée mais oui, j'aime les paroles, le rythme, les voix de Rose et Jean-Louis Murat qui s'allient parfaitement. Bref, comme quoi les opinions qu'on peut se faire sont vraiment influencées par notre état d'esprit du moment. Et clairement, mercredi dernier, c'était pas le bon pour moi !



On ralenti un peu le rythme avec Histoire idéale, petite balade bien agréable. Atone, pour ma part, me ramène vers les sonorités du premier album, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais là encore en sachant s'en démarquer. Avec Je de société, elle dénonce la société d'aujourd'hui, avec Facebook, Twitter and co. C'est sans doute l'une de mes chansons préférées sur cet album, par ses paroles si réalistes mais aussi l'instrumental qui nous embarque. Maman est en bad qui suit juste derrière fait également parti de mes préférées, ou comment détourner une comptine pour enfant à merveille ! Selon les jours poursuit sur la même lancée mais ne retient pas autant mon attention que d'autres titres.

Séparément est également un titre que j'aime beaucoup surtout par la puissance qu'il dégage. Un titre qui monte crescendo et qui est pourtant empreint de nostalgie. Je le trouve beau tout simplement...

L'album se termine avec Je ne viendrai pas demain qui est un titre parfait pour clôturer cet album en douceur. Une vraie petite pépite.

Si vous n'avez pas eu le courage de tout lire et êtes passés directement au dernier paragraphe, la conclusion est que j'aime cet album ! J'y ai retrouvé ce que j'avais perdu dans le précédent. Un album qui arrive à me toucher, avec des accents folk que j'aime tout particulièrement mais un album qui ne copie pas les deux premiers, où Rose se renouvelle à la perfection. Je retiens tout particulièrement Je compte, Pour être deux, Je de société, Maman est en bad et Séparément.

Et vous ? Vous écoutez Rose ? Vous en avez pensé quoi de ce dernier album ?